Glossaire

Ceci est un glossaire des termes et concepts clés que vous êtes susceptible de rencontrer en apprenant et en parlant de systèmes alimentaires durables. Nous les avons tirées principalement de références dans notre Base de données des ressources existantes et nous les avons crédités même s’ils ne sont pas la référence principale. Si vous l’utilisez à des fins académiques, veuillez consulter le document crédité pour trouver les références principales.

termes

a | c | d | e | f | l | p | r | s | v | é

Agriculture intensive

Souvent utilisé comme synonyme des termes agriculture industrielle et agriculture conventionnelle, «l’agriculture intensive (IA) est généralement utilisée pour désigner les systèmes agricoles qui utilisent des technologies modernes… pour maximiser les rendements par rapport à l’utilisation des terres… IA est associée [in food crops] avec une forte utilisation d’engrais chimiques, de produits agrochimiques et d’irrigation. » Dans l’élevage, il est associé à l’utilisation d’antibiotiques (pour certains animaux), à l’alimentation céréalière et à la stabulation intensive des animaux. Les règlements et les normes varient d’un pays à l’autre, mais comme les aliments d’origine animale dans le système alimentaire canadien sont également importés, ces généralisations sont pertinentes.

Les diététistes du Canada, 2020

Aliments hautement transformés

Terme utilisé dans ce rapport et par Santé Canada pour décrire les aliments et les boissons transformés ou préparés qui contribuent à l’excès de sodium, de sucres libres ou de graisses saturées, y compris les aliments tels que la viande transformée, les aliments frits, les céréales sucrées pour petit-déjeuner, les biscuits et gâteaux, confiseries, boissons sucrées et de nombreux plats emballés prêts à chauffer (39). Le terme «aliments ultra transformés» est utilisé de la même manière par la FAO et l’OMS; ces aliments sont généralement conçus pour être pratiques, attrayants (très appétissants), très rentables (en utilisant des ingrédients bon marché) et pour remplacer d’autres groupes d’aliments; ils sont également commercialisés de manière intensive. Une étude canadienne a révélé que les aliments ultra transformés représentent près de la moitié de l’apport énergétique quotidien des Canadiens dans tous les groupes socio-économiques, et près de 60% de l’apport énergétique chez les enfants de 9 ans et plus, et que les aliments les plus ultra transformés sont contenus dans régimes alimentaires, plus la qualité nutritionnelle globale est mauvaise. Ce changement des modes de consommation a été lié à la hausse mondiale du taux d’obésité. La plupart des professionnels de la santé soutiennent qu’ils devraient être minimisés ou évités dans le cadre d’une alimentation saine et durable.

Les diététistes du Canada, 2020

—————————————————–

Il n’y a pas une seule définition claire des aliments transformés. Le traitement peut faire référence à tout type de changement par rapport à sa forme originale, comme la découpe ou le hachage, ou à un type particulier de conservation, comme la mise en conserve ou la congélation. Certaines formes de transformation peuvent faire très peu de différence sur le contenu nutritionnel d’un aliment, tandis que d’autres peuvent modifier fondamentalement la valeur nutritionnelle, notamment en ajoutant du sucre, du sel, de la graisse ou d’autres additifs. Certains additifs, tels que les vitamines et les minéraux, peuvent avoir un impact positif (comme la farine enrichie utilisée pour produire du pain).

Souvent, le traitement est décrit comme un spectre, avec différents niveaux de traitement s’inscrivant dans différentes catégories. La classification NOVA de Monteiro et ses collègues1 fournit quatre grands groupes, avec le conseil de donner la priorité aux aliments moins transformés et d’éviter les aliments «ultra-transformés». Ce n’est qu’un moyen possible de définir les aliments transformés et il existe un certain nombre d’alternatives. Pour en savoir plus sur la définition des «aliments ultra-transformés», y compris certaines critiques de ce modèle, lisez le bloc de construction du FRCN2 sur ce sujet.

 

Groupe 1: Aliments non transformés ou peu transformés Les aliments non transformés sont des parties comestibles de plantes ou d’animaux ainsi que des champignons, des algues et de l’eau, après séparation de la nature. Les aliments peu transformés sont des aliments naturels modifiés par des processus tels que l’élimination des parties non comestibles ou indésirables, le séchage, le broyage, le filtrage, l’ébullition, la pasteurisation, la réfrigération, la congélation ou la fermentation sans alcool. Fruits et légumes frais, congelés, séchés ou pressés; des céréales telles que le riz, le maïs, le blé ou l’avoine; viande, poisson, œufs, lait, yaourt nature; noix, légumineuses, champignons; herbes et épices; thé, café, eau potable.
Groupe 2: Ingrédients culinaires transformés Il s’agit de substances obtenues directement à partir d’aliments du groupe 1 ou de la nature par des procédés tels que le pressage, le raffinage, le broyage, le broyage et le séchage par atomisation. Les articles du groupe 2 sont rarement consommés en l’absence d’aliments du groupe 1.  

Sel, sucre raffiné, huiles végétales ou végétales, miel, sirop d’érable, beurre, saindoux, vinaigre.

Groupe 3: Aliments transformés Il s’agit de produits relativement simples fabriqués en ajoutant du sucre, de l’huile, du sel ou d’autres substances du groupe 2 aux aliments du groupe 1. La plupart des aliments transformés contiennent deux ou trois ingrédients. Les procédés comprennent diverses méthodes de conservation ou de cuisson et, dans le cas des pains et du fromage, la fermentation sans alcool Légumes, fruits et légumineuses en conserve ou en bouteille. Viande salée, salée ou fumée, poisson en conserve, fromages et pain frais.
Groupe 4: Produits alimentaires et boissons ultra-transformés Il s’agit de formulations industrielles contenant généralement cinq ingrédients ou plus et généralement de nombreux ingrédients. Ces ingrédients incluent souvent ceux également utilisés dans les aliments transformés, tels que le sucre, les huiles, les graisses, le sel, les antioxydants, les stabilisants et les conservateurs. Boissons gazeuses, confiseries, gâteaux préemballés, pains et biscuits, glaces, saucisses, etc. produits à partir de viande «reconstituée». Soupes instantanées, produits minceur etc.

BDA, 2018

Approches systémiques

Les systèmes alimentaires sont des systèmes complexes (réseaux) d’acteurs et de facteurs (voir la définition ci-dessus des systèmes alimentaires) qui sont intégrés dans des systèmes socio-écologiques plus larges. Au sein des systèmes alimentaires, il existe de nombreuses relations entre l’environnement naturel (c’est-à-dire l’eau, le sol, etc.) et l’environnement social humain (individus, entreprises, gouvernance, économie, etc.) qui forment un système global qui couvre les disciplines, les secteurs et les échelles. . Les actions d’un seul acteur peuvent avoir une myriade d’impacts à travers les systèmes et les échelles. Une façon de conceptualiser une perspective systémique est celle des interdépendances imbriquées, chaque système suivant dépendant du précédent. Pour illustrer, l’économie est imbriquée dans (et dépend de) la société humaine; de même, la société est imbriquée dans l’environnement. Les systèmes alimentaires sont imbriqués dans et entre les trois systèmes et comprennent une constellation d’acteurs et de facteurs de différentes tailles couvrant ces trois systèmes.

Figure 1: Une perspective des systèmes imbriqués des systèmes alimentaires

La prise en compte des interdépendances imbriquées permet de clarifier que si un système est dégradé, cela sape la stabilité ou la viabilité d’un autre système qui en dépend. Par exemple, si nous continuons à dégrader systématiquement notre environnement naturel, il atteindra un point où il ne pourra peut-être pas soutenir les systèmes sociaux humains, ainsi que les systèmes alimentaires. Appliquer une approche systémique à la prise de décision signifie reconnaître les acteurs, facteurs, interactions et dépendances complexes et utiliser ces informations dans la prise de décision quotidienne. De telles décisions sont souvent prises en l’absence de réponse «correcte»; le décideur doit plutôt maximiser les avantages et minimiser les dommages. Étant donné que les conditions changent constamment, une approche itérative et réflexive de cette prise de décision est essentielle.

Les diététistes du Canada, 2020

Pour un aperçu plus détaillé de la façon dont les approches systémiques peuvent être utiles à votre travail, consultez le site connexe, gratuit et en ligne. Cours de développement durable .

 

Commerce équitable

Selon Fairtrade International, «Le commerce équitable change la façon dont le commerce fonctionne grâce à de meilleurs prix, des conditions de travail décentes et un accord plus juste pour les agriculteurs et les travailleurs des pays en développement» que ceux soutenus par le «libre-échange». «L’approche de Fairtrade permet aux agriculteurs et aux travailleurs d’avoir plus de contrôle sur leur vie et de décider comment investir dans leur avenir.» Il existe plusieurs organisations de commerce équitable au niveau national et international avec leurs propres normes pour les processus de certification, notamment Fair Trade International, European Fair Trade Association, Fair for Life, Naturland Fair, Fair Trade Canada, Fair Trade US, et plus encore.

«SPP, Symbole du petit producteur , est un réseau intercontinental d’organisations écologiques de petits producteurs. En partenariat avec des entreprises et des consommateurs engagés et légitimés par une certification indépendante, nous luttons pour la reconnaissance de notre travail et de nos produits de qualité, une vie digne et une planète santé pour tous.

Contrairement à d’autres organisations de commerce équitable axées sur les consommateurs, le SPP est une initiative à 100% dirigée par les producteurs et créée par des organisations de producteurs.

Diététiste-Nutritionniste

Nous reconnaissons que notre public est une combinaison de tous les termes protégés et utilisons donc le titre Diététiste-Nutritionniste selon la définition de l’ICDA.



« Le diététicien-nutritionniste est un professionnel qui applique la science de l’alimentation et de la nutrition pour promouvoir la santé, prévenir et traiter les maladies afin de



optimiser



la santé des individus, des groupes, des communautés et des populations. »

ICDA, 2014

 

Durabilité

La durabilité est conceptualisée de différentes manières qui varient selon la discipline et la culture. Nous fournissons ici quelques concepts qui peuvent vous aider.

Netukulimk est le concept Mi’kmaw (Premières Nations, Canada) pour «l’utilisation de la générosité naturelle fournie par le Créateur pour l’autosuffisance et le bien-être de l’individu et de la communauté dans son ensemble». Dans ce cas, la communauté fait référence à l’interdépendance de toutes choses – la terre, les animaux, l’eau, les êtres humains, les plantes, les coutumes, les lois. Pour les Mi’kmaw, cette compréhension vient de wejisqalia’timk, qui signifie littéralement «nous avons germé de la terre» et cela parle aux générations et aux générations de Mi’kmaq qui ont vécu en Mi’kma’ki.

Sable, T. et Francis, B., 2012 , p. 17.

Pour une compréhension détaillée, consultez le Module d’apprentissage Que sont les systèmes alimentaires et les régimes alimentaires durables , qui explore la question Qu’est-ce que la durabilité? Selon le Cadre de développement durable stratégique, la durabilité peut être définie par l’adhésion à 8 principes de durabilité (trois environnementaux et 5 sociaux). Elles sont:

Dans une société durable, la nature n’est pas soumise à une augmentation systématique

  1. … Des concentrations de substances extraites de la croûte terrestre. Cela signifie une extraction et une sauvegarde limitées afin que les concentrations de substances lithosphériques n’augmentent pas systématiquement dans l’atmosphère, les océans, le sol ou d’autres parties de la nature; par exemple, le carbone et les métaux fossiles;
  2. … Concentrations de substances produites par la société . Cela signifie une conception moléculaire consciente, une production limitée et une sauvegarde afin que les concentrations de molécules et de nucléides produits par la société n’augmentent pas systématiquement dans l’atmosphère, les océans, le sol ou d’autres parties de la nature; par exemple, les oxydes d’azote et les chlorofluorocarbures;
  3. … Dégradation par des moyens physiques . Cela signifie que la superficie, l’épaisseur et la qualité des sols, la disponibilité de l’eau douce, la biodiversité et d’autres aspects de la productivité biologique et de la résilience ne sont pas systématiquement détériorés par une mauvaise gestion, des déplacements ou d’autres formes de manipulation physique; par exemple, surexploitation des forêts et surpêche;

et les gens ne sont pas soumis à des obstacles structurels pour

  1. santé . Cela signifie que les gens ne sont pas exposés à des conditions sociales qui compromettent systématiquement leurs possibilités d’éviter les blessures et les maladies; physiquement, mentalement ou émotionnellement; par exemple, par des conditions de travail dangereuses ou un repos insuffisant du travail;
  2. influence . Cela signifie que les gens ne sont pas systématiquement empêchés de participer à l’élaboration des systèmes sociaux dont ils font partie; par exemple, en supprimant la liberté d’expression ou en négligeant les opinions;
  3. compétence . Cela signifie que les gens ne sont pas systématiquement empêchés d’apprendre et de développer leurs compétences individuellement et ensemble; par exemple, par des obstacles à l’éducation ou des possibilités insuffisantes de développement personnel;
  4. impartialité . Cela signifie que les personnes ne sont pas systématiquement exposées à un traitement partiel; par exemple, par discrimination ou sélection injuste des postes;
  5. faire du sens . Cela signifie que les gens ne sont pas systématiquement empêchés de créer un sens individuel et de co-créer un sens commun; par exemple, par la suppression de l’expression culturelle ou des obstacles à la co-création de conditions utiles.

Du point de vue du développement stratégique durable, une société durable ne contribue pas à la violation des principes ci-dessus. Au sein de ces paramètres, une myriade de possibilités existent.

– Broman et Robert, 2017

La durabilité signifie être capable d’être maintenue sur le long terme afin de répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs besoins

– Association américaine de diététique, 2007

 

Entomophagie

Cela fait référence à la consommation d’insectes pour se nourrir, dérivé du grec éntomon , « insecte » et phageine , « manger ». Cela peut inclure la consommation d’insectes sous leur forme entière ou transformés comme source de protéines.

BDA, 2018

Eutrophisation

L’eutrophisation est le terme utilisé pour décrire les effets biologiques d’une augmentation de la concentration d’azote et de phosphore et d’autres nutriments sur les écosystèmes aquatiques; elle se caractérise par une croissance excessive de plantes et d’algues et la mort de la vie animale par manque d’oxygène. Nos systèmes alimentaires y contribuent à travers différents mécanismes, y compris le ruissellement d’engrais, les pertes de fumier et le gaspillage alimentaire.

Les diététistes du Canada, 2020

Flexitarien

Flexitarien fait référence à une personne qui choisit de manger «de manière flexible», réduisant sa consommation de viande certains ou même presque tous les jours, mais consommant encore des produits animaux ou de la viande à certaines occasions, souvent pour des raisons de santé et / ou de durabilité.

– adapté de BDA, 2018

L'évaluation du cycle de vie

La principale méthode utilisée pour évaluer l’impact des aliments et des régimes alimentaires sur l’environnement est l’analyse du cycle de vie (ACV). L’ACV est une méthode de recherche normalisée définie par l’Organisation internationale de normalisation (ISO): «L’ACV traite des aspects environnementaux et des impacts environnementaux potentiels (par exemple, l’utilisation des ressources et les conséquences environnementales des rejets) tout au long du cycle de vie d’un produit, de l’acquisition des matières premières à la production , utilisation, traitement en fin de vie, recyclage et élimination finale (c’est-à-dire du berceau à la tombe) ».

Les diététistes du Canada, 2020

Les légumineuses

«Les légumineuses sont les graines comestibles séchées de certaines plantes de la famille des légumineuses» et comprennent des aliments tels que les haricots secs, les pois secs, les lentilles et les pois chiches. Les légumineuses jouent généralement un rôle important dans les régimes alimentaires traditionnels à base de plantes à travers le monde en raison de la prolifération des légumineuses dans divers écosystèmes. Leur rôle en tant que protéine végétale avec des avantages pour la santé et l’environnement est depuis longtemps reconnu et célébré dans les régimes alimentaires traditionnels et est de plus en plus reconnu par la science occidentale. Par exemple, la FAO a déclaré 2016 Année internationale des légumineuses parce que «les légumineuses sont des cultures riches en nutriments. Ils sont une excellente source de protéines et de micronutriments d’origine végétale, faibles en gras et riches en fibres alimentaires. Manger des légumineuses dans le cadre d’une alimentation saine peut contribuer à lutter contre les multiples facettes de la malnutrition, allant de la sous-nutrition et des carences en micronutriments au surpoids et à l’obésité. En outre, les légumineuses et les légumineuses en général jouent un rôle tout aussi important dans le maintien et l’amélioration de la santé des sols … le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et les objectifs de développement durable (ODD). »

Calles et coll., 2019

Pertes et gaspillages alimentaires

«La perte de nourriture fait référence à la nourriture destinée à la consommation humaine mais, du fait du mauvais fonctionnement du système de production et d’approvisionnement alimentaire, elle est réduite en quantité ou en qualité.» «Le gaspillage alimentaire fait référence aux aliments destinés à la consommation humaine qui sont jetés (à la fois comestibles et non comestibles) en raison de comportements intentionnels. Le gaspillage alimentaire fait souvent référence à ce qui se passe le long de la chaîne alimentaire, du magasin de détail au point de consommation prévu (p.2). »

Les diététistes du Canada, 2020

Pescatarian

Un pescatarian choisit de s’abstenir de manger toute viande autre que le poisson. Ils mangent généralement d’autres produits animaux tels que les produits laitiers et les œufs.

BDA, 2018

Régimes durables

Il est difficile de définir ce que l’on entend par alimentation durable et il n’y a actuellement aucun consensus. Comme la durabilité (ci-dessus) et les systèmes alimentaires durables (ci-dessous), il y a un certain nombre de conceptualisations utiles à considérer. Prises ensemble, les définitions ci-dessous donnent une bonne indication de ce que l’on entend par alimentation durable.

La définition officielle d’un régime alimentaire durable de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) est: «Les régimes durables sont les régimes à faible impact environnemental qui contribuent à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et à une vie saine pour les générations présentes et futures. Les régimes alimentaires durables sont protecteurs et respectueux de la biodiversité et des écosystèmes, culturellement acceptables, accessibles, économiquement équitables et abordables; nutritionnellement adéquate, sûre et saine; tout en optimisant les ressources naturelles et humaines. » Il est cependant intéressant de noter que dans sa définition, l’adéquation nutritionnelle d’un régime pour la santé est incluse.


FAO, 2010

Les diététistes du Canada reconnaissent que les régimes alimentaires durables sont axés sur la composante consommation du système alimentaire. Ils contribuent et sont soutenus par durabilité du système alimentaire et donc SFS / D sont inséparables .

Les diététistes du Canada, 2020

Les mises en garde sur les conséquences de la consommation excessive sont omniprésentes dans les cultures autochtones. Collectivement, le canon autochtone de principes et de pratiques qui régissent l’échange de la vie contre la vie est connu sous le nom de la récolte honorable. Ce sont des règles qui régissent notre prise, façonnent nos relations avec le monde naturel et freinent notre tendance à consommer – afin que le monde soit aussi riche pour la septième génération que pour la nôtre. Les détails sont très spécifiques aux différentes cultures et écosystèmes, mais les principes fondamentaux sont presque universels parmi les peuples qui vivent à proximité de la terre.

Les lignes directrices de l’Honorable Harvest ne sont pas écrites, ni même systématiquement évoquées dans leur ensemble – elles sont renforcées dans de petits actes de la vie quotidienne. Mais si vous les listiez, ils pourraient ressembler à ceci:

  • Connaissez les manières de ceux qui prennent soin de vous, afin que vous puissiez en prendre soin.
  • Présentez-vous. Soyez responsable en tant que celui qui vient demander la vie.
  • Demandez la permission avant de prendre. Respectez la réponse.
  • Ne prenez jamais le premier. Ne prenez jamais le dernier.
  • Prenez seulement ce dont vous avez besoin.
  • Prenez seulement ce qui est donné.
  • Ne prenez jamais plus de la moitié. Laissez-en quelques-uns pour les autres.
  • Récoltez de manière à minimiser les dommages.
  • Utilisez-le avec respect. Ne gaspillez jamais ce que vous avez pris.
  • Partager.
  • Rendez grâce pour ce que vous avez reçu.
  • Offrez un cadeau, en réciprocité pour ce que vous avez pris.
  • Soutenez ceux qui vous soutiennent et la terre durera pour toujours.

Kimmerer, 2013

La British Dietetic Association adopte la définition de Fischer et Garnett: «une alimentation à faible impact environnemental compatible avec une bonne santé». La définition peut facilement être appliquée aux recommandations diététiques actuelles.

  • Diversité – une grande variété d’aliments consommés.
  • Équilibre atteint entre l’apport énergétique et les besoins énergétiques.
  • Basé sur: tubercules peu transformés et grains entiers; les légumineuses; fruits et légumes.
  • Viande, si elle est consommée, en quantité modérée – et toutes les parties animales sont consommées.
  • Produits laitiers ou substituts (par exemple, substituts de lait enrichis et autres aliments riches en calcium et en micronutriments) consommés avec modération.
  • Graines et noix non salées.
  • Petites quantités de poisson et de produits aquatiques provenant de pêcheries certifiées.
  • Consommation très limitée d’aliments riches en graisses, en sucre ou en sel et pauvres en micronutriments.
  • Huiles et graisses avec un rapport oméga 3: 6 bénéfique comme le colza et l’huile d’olive.
  • L’eau du robinet de préférence à d’autres boissons – en particulier les boissons gazeuses.

Carlos Fischer et Tara Garnett, BDA, 2018

Voir le Module d’apprentissage Que sont les systèmes alimentaires et les régimes alimentaires durables , qui explore la question Que sont les systèmes alimentaires et les régimes alimentaires durables?

Régimes sains

Une alimentation adéquate et saine est un droit humain fondamental. Ce droit implique de garantir un accès permanent et régulier, de manière socialement équitable, à des aliments et à des modes de consommation qui satisfassent les exigences sociales et biologiques de chacun. Il prend également en compte les besoins alimentaires spéciaux et les besoins d’être culturellement appropriés et de tenir compte des différences de sexe, de race et d’ethnicité. Une alimentation adéquate et saine doit être accessible physiquement et financièrement, et harmonieuse en quantité et en qualité, répondant aux besoins de variété, d’équilibre, de modération et de plaisir. En outre, il doit découler de pratiques durables de production et de distribution.

Ministère de la Santé du Brésil, 2014 , p. 8

Régimes à base de plantes

Les diététistes du Canada définissent un régime à base de plantes comme étant principalement ou entièrement composé d’aliments dérivés de plantes, y compris les légumes, les céréales, les noix, les graines, les légumineuses et les fruits. Cette définition est conforme à la British Dietetic Association, qui soutient qu’il peut s’agir d’une variante d’un régime végétalien ou végétarien, y compris les flexitariens, qui mangent occasionnellement de la viande ou de la volaille. Il est différent des définitions utilisées dans d’autres domaines de la santé, par exemple lorsqu’il a été utilisé pour désigner un régime végétalien et peu transformé.

Les diététistes du Canada, 2020

C’est un terme qui peut avoir plusieurs significations différentes, selon à qui vous demandez. Il peut, mais pas nécessairement, faire référence à un régime végétarien ou végétalien. Cependant, il est généralement admis que cela signifie baser vos repas sur des aliments végétaux contenant des protéines pour remplacer les sources traditionnelles de protéines telles que la viande, la volaille et le poisson. Un régime à base de plantes peut contenir de la viande, du poisson et des produits laitiers, mais en plus petites quantités et provenant de sources plus durables – il s’agit essentiellement d’augmenter l’équilibre des aliments végétaux dans l’alimentation.

BDA, 2018

Services de l'écosystème

Les services écosystémiques sont les contributions directes et indirectes des écosystèmes au bien-être humain. L’économie des écosystèmes et de la biodiversité (TEEB) classe ces services en quatre catégories: i) services d’approvisionnement (par exemple, nourriture, eau douce, médicaments); ii) services de régulation (par exemple, régulation du climat, purification de l’eau, séquestration et stockage du carbone, pollinisation); iii) les services d’habitat (c’est-à-dire l’habitat des espèces et le maintien de la diversité génétique; iv) services culturels (p. ex. expérience spirituelle, loisirs et santé physique, tourisme, valeurs esthétiques).

Les diététistes du Canada, 2020

Systèmes alimentaires

Les systèmes alimentaires sont des systèmes complexes, non linéaires qui «… qui englobent tous les éléments (environnement, personnes, intrants, processus, infrastructure, institutions, marchés et commerce) et les activités liées à la production, à la transformation, à la distribution et à la commercialisation, à la préparation et la consommation de nourriture et les produits de ces activités, y compris les résultats socio-économiques et environnementaux. »

Les diététistes du Canada, 2020

Systèmes alimentaires durables

Du point de vue du développement durable stratégique (voir ci-dessus, Durabilité), un système alimentaire durable ne contribue pas à la violation des 8 principes de durabilité. Au sein de ces paramètres, une myriade de possibilités existent.

– Broman et Robert, 2017

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et l’Équipe spéciale de haut niveau des Nations Unies sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle mondiale définissent «un système alimentaire durable [a] un système alimentaire qui assure la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour tous de telle sorte que les bases économiques, sociales et environnementales pour générer la sécurité alimentaire et la nutrition pour les générations futures ne sont pas compromis. »

–FAO

Les diététistes du Canada reconnaissent également l’importance d’une perspective de justice alimentaire pour atteindre ces «bases sociales»: «La justice alimentaire vise à garantir que les avantages et les risques liés au lieu, à quoi et à la manière dont les aliments sont cultivés, produits, transportés, distribués, consultés et consommés sont partagés équitablement. La justice alimentaire représente une transformation du système alimentaire actuel, y compris, mais sans s’y limiter, l’élimination des disparités et des inégalités… »et que« la clé pour parvenir à la justice alimentaire est que les communautés qui ont subi des injustices se donnent les moyens de participer au processus politique. »

Les diététistes du Canada, 2020

Voir le Module d’apprentissage Que sont les systèmes alimentaires et les régimes alimentaires durables , qui explore la question Que sont les systèmes alimentaires et les régimes alimentaires durables?

Sécurité alimentaire et nutritionnelle

«La sécurité alimentaire et nutritionnelle existe lorsque toutes les personnes ont à tout moment un accès physique, social et économique à une alimentation saine et consommée en quantité et qualité suffisantes pour répondre à leurs besoins alimentaires et à leurs préférences alimentaires, et est soutenue par un environnement d’assainissement adéquat. , des services et des soins de santé, permettant une vie saine et active. » Ce concept s’aligne étroitement sur les définitions des systèmes alimentaires et régimes alimentaires durables, mais diffère de ceux-ci. Les diététistes du Canada (35,44) mettent en garde contre la confusion entre la sécurité alimentaire et nutritionnelle (SNA) et l’insécurité alimentaire des ménages (IFS), qui est un terme distinct pour décrire lorsqu’un ménage n’a pas assez d’argent pour acheter de la nourriture. La sécurité alimentaire est plus souvent axée sur l’accès à la nourriture au niveau de la population, tandis que l’insécurité alimentaire est généralement axée sur l’insuffisance financière au niveau des ménages. Les diététistes du Canada mettent en garde contre la confusion entre les deux termes, qui pourrait avoir une incidence sur le cadrage du problème et les réponses politiques connexes. Le FNS et le HFI ont des relations importantes avec SFS / D, mais sortent du cadre de cet article. Les intersections critiques sont mises en évidence, avec des références à des informations plus spécifiques.

Les diététistes du Canada, 2020

Viande transformée

La viande transformée fait référence à toute viande qui a été conservée en fumant, en salant, en salant ou en ajoutant des agents de conservation, tels que:

  • Saucisse
  • Lard
  • jambon
  • Charcuterie ou charcuterie
  • Pates
  • Viande en conserve

Il n’inclut pas les viandes ayant subi un processus mécanique simple tel que la découpe, le broyage ou le hachage.

BDA, 2018

Végétalien

Un végétalien ne mange aucun produit animal, y compris les produits laitiers, les œufs et parfois le miel.

-adapté de BDA, 2018

Végétarien

Les régimes végétariens peuvent suivre plusieurs tendances différentes mais liées. « Un végétarien ne mange pas de viande, y compris le poisson, mais peut consommer certains produits animaux comme les produits laitiers, les œufs ou le miel. Certains végétariens s’abstiennent de manger une partie ou la totalité de ces produits. »

BDA, 2018

Émissions de gaz à effet de serre (GES)

«  Le changement climatique est causé[in large part] par l’augmentation des concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Ces augmentations sont principalement dues aux activités humaines telles que l’utilisation de combustibles fossiles ou l’agriculture…. Les émissions de gaz à effet de serre (GES) anthropiques (d’origine humaine)… comprennent les émissions de 7 gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane, protoxyde d’azote, hexafluorure de soufre, perfluorocarbures, hydrofluorocarbures et trifluorure d’azote). »

Les diététistes du Canada, 2020

Retour d'information? Des questions? Des idées ? Contactez le coordinateur SFS de l'ICDA :  ICDAsfs.coordinator@acadiau.ca