Le contenu de cette page a été produit par traduction automatique et n'a pas encore été vérifié pour son exactitude. Nous espérons que cela vous sera utile, mais attendez-vous à ce qu'il y ait probablement des problèmes avec la traduction.

Une analyse coûts-avantages sociaux de la taxation de la viande et d’une subvention aux fruits et légumes pour une consommation alimentaire saine et durable aux Pays-Bas (mai 2020)

Broeks MJ, Biesbroek S, Over EAB, van Gils PF, Toxopeus I, Beukers MH, et al. Une analyse coûts-avantages sociaux de la taxation de la viande et d’une subvention aux fruits et légumes pour une consommation alimentaire saine et durable aux Pays-Bas. Santé publique BMC. 11 mai 2020;20(1):643.

En rapport avec:

Tous les diététistes-nutritionnistes, mais en particulier ceux qui s’intéressent aux politiques de changement des habitudes alimentaires.

Question:

Cette étude utilise une analyse coûts-avantages sociaux pour estimer les impacts de trois scénarios – une taxe de 15 % et 30 % sur la viande, et une subvention de 10 % sur la consommation de fruits et légumes – pour l’année 2048 (d’ici 30 ans) aux Pays-Bas. . Les chercheurs ont également attribué les coûts et les avantages aux différentes parties prenantes.

Conclusion pour la pratique de la nutrition :

Les auteurs concluent que n’importe lequel des trois scénarios – une taxe de 15 % ou 30 % sur la viande ou une subvention de 10 % sur les fruits et légumes pourrait réduire la prévalence des maladies chroniques et les coûts des soins de santé, améliorer les taux de mortalité, améliorer la qualité de vie et conduire à une augmentation niveaux de productivité de la société néerlandaise en 2048.

Les avantages environnementaux d’une taxe sur la viande de 15 % sont estimés à 3 400 millions d’euros (les économies associées à une réduction de 8,5 % de l’impact environnemental, ce qui coûterait autrement à la nation) et une taxe sur la viande de 30 % – 6 300 millions d’euros (une réduction de 16 % en impact environnemental). La subvention de 10 % pour les fruits et légumes entraînerait une augmentation de 4,6 % de l’impact environnemental et entraînerait des coûts de 100 millions d’euros pour l’environnement.

Toutefois, lorsque l’on examine les avantages combinés pour l’environnement et la santé pour la société, les avantages financiers augmentent encore plus. On estime qu’une augmentation de 15 % de la taxe sur la viande se traduira par un bénéfice de 3 100 à 7 400 millions d’euros pour la société, une augmentation de 30 % à 4 100 à 12 300 millions d’euros et une subvention de 10 % pour les fruits et légumes pourrait entraîner un bénéfice de 1 800 à 3 300 millions d’euros en 2048.

Une analyse coûts-avantages sociaux attribue les coûts et les avantages aux différentes parties prenantes de la société. Alors que les consommateurs peuvent bénéficier financièrement du scénario de subvention, les gouvernements peuvent y perdre financièrement. Avec les scénarios fiscaux, les consommateurs peuvent perdre financièrement tandis que le gouvernement tire profit des recettes fiscales.

Résumé:

Contexte : La mise en œuvre de taxes ou de subventions alimentaires peut promouvoir une alimentation plus saine et plus durable dans une société. Cette étude estime les effets d’une taxe (15 % ou 30 %) sur la viande et d’une subvention (10 %) sur la consommation de fruits et légumes (F&L) aux Pays-Bas à l’aide d’une analyse coûts-avantages sociaux avec un horizon temporel de 30 ans.

Méthodes : Les calculs avec l’enquête nationale néerlandaise représentative sur la consommation alimentaire (2012-2014) ont servi de référence. Des élasticités-prix ont été appliquées pour calculer les variations de la consommation et du surplus du consommateur. La consommation alimentaire future et les effets sur la santé ont été estimés à l’aide du modèle DYNAMO-HIA et les impacts environnementaux ont été estimés à l’aide de l’analyse du cycle de vie. L’horizon temporel de tous les calculs est de 30 ans. Tous les effets ont été monétarisés et actualisés en euros 2018.

Résultats : sur 30 ans, une taxe sur la viande de 15 % ou 30 % ou une subvention sur les F&L de 10 % pourrait entraîner une réduction des coûts de santé, une amélioration de la qualité de vie et des niveaux de productivité plus élevés. Les avantages pour l’environnement d’une taxe sur la viande sont estimés à 3 400 millions d’euros ou 6 300 millions d’euros dans le scénario de 15 % ou 30 % respectivement, tandis que l’augmentation de la consommation de F&L pourrait entraîner des coûts de 100 millions d’euros pour l’environnement. Alors que les consommateurs bénéficient d’une subvention, un surplus du consommateur de 10 000 millions d’euros, les scénarios fiscaux mettent en évidence des coûts expérimentés importants de respectivement 21 000 et 41 000 millions d’euros. Dans l’ensemble, une augmentation de 15 % ou 30 % du prix de la viande pourrait entraîner un bénéfice net pour la société compris entre 3 100 et 7 400 millions d’euros ou entre 4 100 et 12 300 millions d’euros sur 30 ans respectivement. Une subvention de 10 % aux F&L pourrait entraîner un bénéfice net pour la société de 1 800 à 3 300 millions d’euros. Les analyses de sensibilité n’ont pas modifié les principaux résultats.

Conclusions : Les taxes sur la viande et les subventions aux F&L étudiées ont montré des avantages sociaux nets totaux pour la société néerlandaise sur un horizon temporel de 30 ans.

Détails des résultats :

En passant en revue la littérature, les auteurs notent que lorsque les citoyens se préoccupent de l’environnement, cela ne se traduit pas nécessairement par leur comportement et n’a pas d’incidence sur leur achat de viande. Ceci, associé aux preuves de l’efficacité des interventions fiscales et des subventions sur l’environnement, la santé et l’économie, a fourni le cadre de cette étude. Leur utilisation du cadre d’analyse coûts-avantages sociaux combine des indicateurs en une seule analyse et monétise les effets d’impact positifs et négatifs sur le bien-être total de la population néerlandaise. Les indicateurs évalués comprennent : la consommation ; santé; productivité; impact environnemental; surplus du consommateur; revenus des politiques ; coûts des politiques. Les auteurs suggèrent qu’il s’agit de la première étude qui a estimé les effets sociaux combinés des taxes sur la viande ou des subventions sur les fruits et légumes, alors que d’autres études ont examiné séparément les impacts sur la consommation, la santé ou l’environnement. Les valeurs sont exprimées en euros 2018. Un examen de la façon dont chacun des indicateurs est calculé est inclus dans le document. Les résultats globaux sont présentés sous la rubrique « résultat final ».

Alors que la consommation moyenne de viande était estimée à 107 g/jour en 2048 (sur la base des niveaux de consommation actuels), les chercheurs ont calculé qu’une augmentation de prix de 15 % réduirait la consommation à 98,3 g et une augmentation de prix de 30 % à 90,3 g/jour. Avec la subvention de 10 %, la consommation moyenne de fruits et légumes a été estimée à 261 g par jour contre 250 g/jour estimés. La taxe sur la viande devrait avoir l’impact le plus élevé sur la prévalence du diabète de type 2, évitant potentiellement un nombre de cas de 2093-15 449 (taxe de 15%) ou 5550-29 398 (taxe de 30%) en 2048. La subvention aux fruits et légumes aurait le plus d’impact sur la prévalence des accidents vasculaires cérébraux, qui devrait éviter 1834-3586 en 2048.

En 2048, le nombre d’années de vie QALY (Quality Adjusted Life Years) qui devrait être gagné est de 1119-3525 ans (scénario de taxe sur la viande de 15 %), de 2122 à 6691 ans (scénario de taxe sur la viande de 30 %) et de 1629 à 2483 (scénario de taxe sur les fruits à 10 %). et subvention aux légumes). QALY est une large mesure de la charge de morbidité, incluant à la fois la qualité et la quantité de vie vécue pour la population des Pays-Bas.

Les impacts environnementaux mesurés comprennent : les émissions de GES ; acidification; eutrophisation de l’eau douce; eutrophisation de l’eau salée; et l’utilisation des terres. Pour tous les indicateurs environnementaux, une réduction de 8,6 % serait observée pour la taxe de 15 % sur la viande, avec une réduction de 16 % pour la taxe de 30 % sur la viande. Un impact environnemental accru de 4,5 % se produirait avec l’augmentation de la consommation de fruits et légumes qui devrait se produire avec une subvention de 10 %.

Les auteurs suggèrent qu’une taxe combinée sur la viande et une subvention sur les fruits et légumes pourraient compenser certaines des pertes subies par les groupes socio-économiques défavorisés si une seule taxe sur la viande était utilisée. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour voir quels aliments pourraient être achetés pour remplacer une diminution de la viande.

Enfin, bien que cette étude soit basée aux Pays-Bas, les auteurs notent qu’il est important de considérer la perspective mondiale. Si des taxes ou des subventions ne sont appliquées que dans un seul pays, des conséquences commerciales/économiques se produiront. En outre, les denrées alimentaires et les aliments pour animaux importés d’autres régions pourraient entraîner une situation dans laquelle la réduction des émissions de gaz à effet de serre par les Pays-Bas (due aux taxes) entraînerait une augmentation des émissions dans le pays d’où sont exportées les denrées alimentaires ou les aliments pour animaux. Les auteurs citent d’autres études qui pourraient indiquer que taxer tous les aliments à forte émission de GES pourrait être plus efficace que de cibler uniquement la viande. Comme il s’agit d’un scénario de modélisation, de nombreuses forces et limites sont décrites dans la discussion.

Intérêt supplémentaire :

N / A

Commentaire de l’éditeur :

Il est passionnant de voir des recherches qui saisissent le coût des externalités positives et négatives de la consommation alimentaire dans les perspectives sociales, environnementales et sanitaires.

Tout comme les auteurs notent qu’il est important de considérer la perspective mondiale avec les taxes et les subventions nationales, si les diététistes-nutritionnistes envisageaient d’augmenter les prix et les subventions au niveau des services alimentaires, l’environnement plus large de l’alimentation au détail doit également être pris en compte. le contexte. De plus, les producteurs de viande contesteront probablement les prix plus élevés ajoutés à leurs produits.
Les diététistes-nutritionnistes ont également un rôle à jouer pour examiner quels aliments devraient remplacer de manière optimale une diminution de la consommation de viande, afin d’éviter des conséquences nutritionnelles ou environnementales involontaires.

Lien libre accès à l’article :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7212616/

Conflit d’intérêts/Financement :

Pas d’intérêts concurrents

Liens externes pertinents :

N / A

Auteur correspondant:

sander.biesbroek@rivm.nl

RechercheSanté publique
Changement de politique
Europe