Le contenu de cette page a été produit par traduction automatique et n'a pas encore été vérifié pour son exactitude. Nous espérons que cela vous sera utile, mais attendez-vous à ce qu'il y ait probablement des problèmes avec la traduction.

Impacts climatiques de la viande cultivée et des bovins de boucherie (février 2019)

Lynch J, Pierrehumbert R. Impacts climatiques de la viande cultivée et des bovins de boucherie. Frontières dans les systèmes alimentaires durables. 2019 2019-Février-19;3(5).

En rapport avec:

En plus des résultats comparant les impacts climatiques des deux systèmes de production de viande, cela intéresse particulièrement les diététistes-nutritionnistes qui souhaitent une compréhension plus approfondie des différences que les différentes mesures du changement climatique font sur la mesure des impacts de la production alimentaire.

Question:

Les auteurs comparent les émissions des systèmes de viande cultivée et de bœuf sur le changement climatique. Plutôt que d’utiliser la mesure typique de l’impact sur le réchauffement des comparaisons d’équivalent en dioxyde de carbone, ils utilisent une approche de modélisation atmosphérique. Trois scénarios de consommation différents sont prévus jusqu’à 1000 ans dans le futur.

Conclusion pour la pratique de la nutrition :

La viande cultivée n’a pas forcément moins d’impact sur le réchauffement climatique que le bétail. L’impact varie en fonction du système de production, des différentes manières dont la viande cultivée est produite et des différents systèmes de production de viande bovine. Il varie également en fonction de la distance à laquelle les impacts futurs sont mesurés ; les systèmes de viande de culture ont un potentiel de réchauffement initial inférieur à celui des systèmes de bovins, mais à long terme

cet avantage diminue et, dans certains scénarios, les systèmes d’élevage provoquent moins de réchauffement.

Résumé:

L’amélioration de l’efficacité des émissions de gaz à effet de serre (GES) de la production a été proposée comme l’un des plus grands avantages potentiels de la viande cultivée par rapport aux systèmes de production animale conventionnels. Les comparaisons avec le bœuf sont généralement mises en évidence, car il s’agit d’un produit alimentaire à forte intensité d’émissions. Dans cette étude, nous présentons une comparaison plus rigoureuse des impacts climatiques potentiels de la production de viande et de bétail de culture que ce qui a été fait auparavant. Les impacts du réchauffement sont évalués à l’aide d’un modèle climatique simple qui simule les différents comportements du dioxyde de carbone (CO 2 ), du méthane (CH 4 ) et de l’oxyde nitreux (N 2 O), plutôt que de s’appuyer sur des mesures d’équivalent en dioxyde de carbone (CO 2 e) . Nous comparons l’impact de la température des bovins de boucherie et de la production de viande de culture à tout moment à 1 000 ans dans le futur, en utilisant quatre empreintes de GES de viande synthétique actuellement disponibles dans la littérature et trois systèmes de production de viande bovine différents étudiés dans un document de modélisation climatique antérieur.

Les systèmes d’élevage bovin sont associés à la production des trois GES ci-dessus, y compris des émissions importantes de CH 4 , tandis que les émissions de viande de culture sont presque entièrement du CO 2 provenant de la production d’énergie. Dans le cadre d’une consommation mondiale élevée et continue, la viande cultivée entraîne initialement moins de réchauffement que le bétail, mais cet écart se réduit à long terme et, dans certains cas, la production bovine provoque beaucoup moins de réchauffement, car les émissions de CH 4 ne s’accumulent pas, contrairement au CO 2 . Nous modélisons ensuite une baisse de la consommation de viande à des niveaux plus durables suite à une consommation élevée, et montrons que bien que les systèmes bovins entraînent généralement un pic de réchauffement plus important que la viande cultivée, l’effet de réchauffement diminue et se stabilise sous les nouveaux taux d’émission des systèmes bovins, tandis que le COLe réchauffement basé sur la viande cultivée persiste et s’accumule même en cas de consommation réduite, dépassant à nouveau la production bovine dans certains scénarios. Nous concluons que la viande cultivée n’est pas prima facie climatiquement supérieure au bétail ; son impact relatif dépend plutôt de la disponibilité de la production d’énergie décarbonée et des systèmes de production spécifiques qui sont réalisés.

Détails des résultats :

Les auteurs postulent que cette étude des impacts potentiels sur le réchauffement de la production bovine et de la viande cultivée est plus rigoureuse que celles réalisées précédemment. Au lieu d’utiliser des mesures d’équivalent en dioxyde de carbone (CO2e), les impacts sont mesurés à l’aide de dioxyde de carbone (CO2), de méthane (CH4) et d’oxyde nitreux (N2O). Ceci est important, car ces gaz diffèrent par leur force radiative initiale et leur durée de vie dans l’atmosphère. Le méthane a une force radiative significativement plus élevée que le CO2, mais ne dure dans l’atmosphère qu’environ 12 ans, alors que le CO2 dure des millénaires. Le protoxyde d’azote a une force initiale supérieure à celle du CO2 ou du méthane et dure environ 100 ans dans l’atmosphère. Les auteurs soutiennent que la « mesure d’équivalence en dioxyde de carbone fréquemment utilisée, le potentiel de réchauffement global sur 100 ans (GWP 100) assimile chaque gaz en intégrant la quantité de forçage radiatif qu’une impulsion d’émission unique exercerait sur une période de 100 ans » (p.2) ; il ne parvient pas à saisir les impacts à plus long terme du CO2 au-delà de 100 ans et surestime également l’impact du méthane (ce dernier étant important dans la production bovine, alors que la viande cultivée émet principalement du CO2). Les impacts sur le réchauffement de l’utilisation des terres n’ont pas été inclus dans cette étude.

Quatre systèmes de viande de culture (détaillé dans des études issues de la littérature) ont été comparés à trois systèmes de production bovine différents : i) ranch suédois biologique (système à faibles intrants avec de faibles émissions de méthane en raison de la prise de poids rapide des animaux) ; ii) système de pâturage brésilien (faible apport mais émissions de méthane plus élevées en raison d’un gain de poids plus lent des animaux), et iii) Système de pâturage du Midwest américain (apport élevé avec un gain de poids plus rapide). Ces systèmes sont cartographiés selon trois scénarios de consommation :
i) des niveaux élevés et constants de consommation de viande (se rapprochant de la consommation actuelle aux États-Unis) ; ii) mêmes (États-Unis) niveaux élevés de consommation de viande suivis d’un déclin exponentiel après 100 ans ; iii) plus durable, se rapprochant de la consommation mondiale actuelle puis diminuant de manière exponentielle après 100 ans.

Dans l’ensemble, les deux systèmes de viande de culture les moins émetteurs ont un impact moindre sur le réchauffement que les systèmes de bovins. Cet avantage diminue avec le temps, amenant les auteurs à remarquer que les avantages de la viande cultivée ne sont pas aussi spectaculaires que le montrerait le GWP 100 des mesures. Le système de viande cultivée le plus émetteur a moins de CO 2 au début, mais ses performances sont bien inférieures à celles de tous les systèmes de production bovine sur le long terme (sur 200 ans, le système bovin suédois est supérieur, et le pire système bovin – (États-Unis) – le surpasse à 450 ans). Cela résulte du fait que contrairement au CO2, les émissions de CH4 ne s’accumulent pas.

Les auteurs suggèrent que le calendrier des objectifs climatiques doit être pris en compte. À 100 ans, le système bovin suédois est le seul système à surpasser le système de viande cultivée le plus émetteur.

Enfin, les auteurs notent que des données détaillées d’analyse du cycle de vie doivent être mises à disposition à partir des systèmes de production de viande cultivée. Il existe également des incertitudes dans ces systèmes (par exemple, les milieux de croissance). Ils soulignent également la nécessité d’une production d’énergie décarbonée avant que les systèmes de viande de culture « remplacent » le système bovin (et que les systèmes bovins peuvent également bénéficier de la décarbonisation de la production d’énergie).

Intérêt supplémentaire :

Ce blog remet en question l’idée d’un investissement élevé dans la viande de culture, suggérant que nous devons responsabiliser davantage les transformateurs de viande :
https://civileats.com/2021/05/05/opinion-we-dont-need-a-moonshot-for-faux-burgers-we-need-to-hold-big-meat-accountable/

Commentaires de l’éditeur :

Les auteurs apportent beaucoup de clarté à leur explication de la dynamique temporelle des différentes émissions ayant un impact sur le réchauffement climatique (c’est-à-dire, en identifiant combien de temps les différentes émissions durent dans l’atmosphère).

Les informations présentées doivent être considérées par rapport à l’urgence du problème climatique (comme les auteurs en discutent concernant les objectifs climatiques) et le concept plus large de durabilité. Il est urgent de réduire rapidement nos GES pour stabiliser le climat de la Terre. Cependant, en tant que professionnels de la santé, nous voulons plaider pour investir dans des systèmes durables – ceux qui ont du sens à long terme. Il faut également tenir compte d’autres avantages environnementaux potentiels du pâturage traditionnel en termes d’augmentation de la biodiversité et de la séquestration du carbone. Cet article nous invite à nous interroger sur la logique d’investissements/recommandations importants pour la viande cultivée, à moins d’être découplée du carbone fossile. Il nous demande également d’envisager des investissements/recommandations simultanés pour des modèles de bovins à faible apport d’intrants et à croissance rapide (par exemple, le système Swedish Ranch).

Lien libre accès à l’article :

https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fsufs.2019.00005/full

Conflit d’intérêts/Financement :

Cette recherche a été financée par le Wellcome Trust, Our Planet Our Health.
Aucun conflit d’intérêt déclaré.

Liens externes pertinents :

N / A

Auteur correspondant:

john.lynch@physics.ox.ac.uk

Éducateur en diététiqueRechercheSanté publiqueService alimentaireSoins nutritionnels
Changement de menuDéveloppement des connaissances personnellesÉducation
AmériquesEurope